Pages

Littérature pour conjurer le trouble, le vertige de cette explosion ! oui !! virtuellement infinie d'images, (nous sommes tous des crapules) pour retrouver un fil conducteur (Ariane!--Au secours !!) dans ce labyrinthe de nos défaites. Que la fête à venir ne soit pas pour oublier le mal mais pour illustrer nos victoires ! ... P.S. : Je vous aime !

Voyelles

A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,

Golfes d'ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombrelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;

U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides
Que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux ;

O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges :
- O l'Oméga, rayon violet de Ses Yeux !
Rimbaud, Arthur

dimanche 27 décembre 2009

Définition de l'homme

Voici une définition, je l'ai trouvée. Est-elle nouvelle ? Non, c'est une très vieille, je crois et seule réelle.

L'humanité est l'espèce qui a vécu, et survécu avec l'aide du spirituel. Nos ancêtres allaient chercher du secours dans les mondes parallèles. Ils n'auraient pas pu survivre sans cette aide.

L'homme préhistorique était un visionnaire, plus qu'aucun poète de nos jours ne le peut encore être. Ne le pourra peut-être jamais plus... Nous avons peut-être perdu pour toujours ce sentier. Sentier de Lumière... nous lui devons la vie.

Mais il nous faudra peut-être le retrouver pour sauver la Vie !

Anciens chamans, vieux rishis, trouvaient leurs chemins de sauvegarde dans les univers parallèles, avec l'Aide de Dieu, Créateur de l'univers-multivers.

1 commentaire:

Patrick a dit…

Intéressant, oui. Mais j'hésite beaucoup à glorifier l'homme préhistorique. Je m'explique; mais d'abord j'ai moi-même une définition complémentaire mais subtilement différente à proposer, et de là, ma vision différente du sujet.

L'homme est l'animal qui demande "pourquoi?"

On pourrais également parler de conscience, de conscience de soi, de remise en question, de quête de sens, et donc de quête spirituel. Mais je choisi cette expression de la même réalité pour souligner ceci:

Nous avons accomplis de sérieux progrès, vis-à-vis le chamane cro-magnon.

D'abord, la parole et l'écriture nous permettent de léguer, à la postérité, nos réflexions sur la nature d'être. Nous avons donc le pouvoir de fonder nos mondes parallèles sur une sélection des meilleurs idées de nos ancêtres.

Nous avons développés la civilisation, sur une base de coopération, de discutions, de conventions et même de compromis, nous permettant de filtrer les excès utopiques impraticables de certain en faveur de réponses produisant un réel mieux-être chez une multitudes d'individus.

Nous avons développés la dialectique, la rigueur scientifique, la méthode de revu par les paires, la logique formel, le débat parlementaire; tous des systèmes permettant d'explorer systématiquement et collaborativement des nouvelles réponses aux diverses "pourquoi" qui rompent notre quiétude.

Non, si nous ne trouvons plus de réponses à nos "pourquoi" individuels, ce n'est pas pour avoir perdu le sentier tracé par ce mythique ancêtre hirsute et malodorant.

C'est que nous vivons dans une société (hélas quasi-global) où certains individus trouvent profit à embrouiller la quête de réponse des autres, et d'exploiter cette confusion pour vendre du dentifrice, du pétrole, voir même pour mieux taxer, recruter et subventionner des guerres.

Rare était le proto-sapiens qui a peint Lascaux. Aussi rare que le post-moderne qui sait se trouver une réelle sérénité d'être.